Depuis des siècles, le logement collectif  est la matérialisation de progrès sociaux, de réflexions économiques, de progrès techniques et de théories architecturales. Encore aujourd'hui, son évolution suit le développement de notre société. Selon le contexte géographique et historique, sa forme, sa matérialité et son rôle peut radicalement varier. Ici, le processus de projet débute par la conception d'un logement type à partir d'un instant d'habité personnel. Après la définition d'un site à Brest, Bretagne, se soulèvent des questions de variations, d'assemblage, de distribution, de rapport à la ville.
Pluie contre la vitre
Pluie contre la vitre
Bruits de pas
Bruits de pas
Bruits de cuisine
Bruits de cuisine
Plan, échelle 1:50 - succession de filtres et d'épaisseurs habitables
Plan, échelle 1:50 - succession de filtres et d'épaisseurs habitables
Dans mon cas, l'instant d'habité consiste en un montage d'enregistrements sonores illustrant un ressenti personnel du logement. dues à l'environnement extérieur ou à la présence d'autrui dans l'habitation (pluie contre une vitre, musique lointaine, bruits de cuisine, bruits de pas, bribes de discussions...), ces échantillons sonores révèlent la notion de juste distance. Juste distance entre les espaces ou les habitants, dans l'optique d'être conscient de son environnement tout en gardant un sentiment d'intimité et d'intériorité.
Dans le projet, l'idée de juste distance se traduit en un logement en deux parties. Les espaces privés séparés des espaces partagés par un vide et la salle de bain. Cette dernière, volume abstrait en dehors du système orthogonal qui règle le reste de l'habitation, dessine également l'entrée et introduit des dilatations dans le plan. De plus, tandis qu'une série de filtres et d'épaisseurs habitables guide la transition de l'espaces le plus privé à celui le plus partagé, des vues traversantes sont dégagées.
Perspective intérieure - vue depuis l'entrée en équerre
Perspective intérieure - vue depuis l'entrée en équerre
Maquette, échelle 1:50 - relation visuelle entre des espaces distants
Maquette, échelle 1:50 - relation visuelle entre des espaces distants
Maquette de site, échelle 1:1000 - terminaison d'une continuité bâtie
Maquette de site, échelle 1:1000 - terminaison d'une continuité bâtie
Plan de situation, échelle 1:2500 - bande d'équipements et d'espaces publics sur le tracé d'anciens remparts
Plan de situation, échelle 1:2500 - bande d'équipements et d'espaces publics sur le tracé d'anciens remparts
La rivière de la Penfeld, séparant Brest en deux, a longtemps constitué un obstacle au développement de sa rive droite. Aujourd’hui, cette dernière connaît de grandes mutations, dues à l’émergence de nombreux projets. À l’emplacement d’anciens remparts, une bande d’équipements se développe jusqu’à la falaise dissociant la ville civile de l’arsenal. Un site non construit s’y installe en belvédère sur le grand paysage. Le projet s'y implante, dans l’optique de raccrocher la parcelle à cette continuité bâtie. En bordure du terrain, le bâtiment définit une limite claire et ménage des percées visuelles en profondeur. Ce volume construit est constitué de deux parties soulignant la topographie naturelle. Celle-ci est composée d’un dénivelé de 7 mètres, absorbé par un talus où sillonne une promenade en descente. Au niveau le plus bas, des ateliers d’artistes s’ouvrent sur un jardin. Ils s’encastrent dans le sol et génèrent le socle du projet. Sur ce nouveau sol, en prolongement de l’espace public du niveau haut, un vide interstitiel fait pénétrer la ville dans le bâtiment et l’étire jusqu’à la falaise. Cette esplanade publique est ponctuée d’éléments structurels et distributifs menant aux logements qui se développent sur les quatre niveaux supérieurs. L’ensemble des espaces de distribution offre une promenade panoramique sur la rade de Brest. 
Coupe urbaine - les deux volumes soulignent la topographie
Coupe urbaine - les deux volumes soulignent la topographie
Plan de rez-de-chaussée, échelle 1:500 - étirement de l'espace public
Plan de rez-de-chaussée, échelle 1:500 - étirement de l'espace public
Plans d'étages, échelle 1:200 - 2 types, 1 système distributif
Plans d'étages, échelle 1:200 - 2 types, 1 système distributif
Maquette, échelle 1:500 - Sous le sol public, des ateliers dialoguent avec un jardin
Maquette, échelle 1:500 - Sous le sol public, des ateliers dialoguent avec un jardin
Coupe perspective, échelle 1:100 - Rapport au ciel et vue sur l'horizon
Coupe perspective, échelle 1:100 - Rapport au ciel et vue sur l'horizon

Explorez

Back to Top